Flavie Prézélus, finaliste du prestigieux "Green and Sustainable Challenge"

Flavie Prézélus, doctorante sur contrat doctoral APR entre le LGC - Laboratoire de Génie Chimique (INP/UPS/CNRS) et le LISBP - Laboratoire d'Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés (INSA/Inra/CNRS) fait partie des 5 finalistes sélectionnés parmi 680 candidatures du "Green and Sustainable Challenge" lancé par la Fondation Elsevier.Flavie_Prezelus
La doctorante, ambassadrice ESOF Toulouse 2018, défendra ses chances à Berlin le 15 mai prochain lors de la "Green and Sustainable Chemistry Conférence", en présentant son projet "Green membranes to provide safe drinking water".

Ce concours lancé pour la deuxième année consécutive, récompense des projets de recherche particulièrement innovants en matière de chimie verte dans les pays en voie de développement. Les lauréats se verront remettre un financement de 50 000 euros (1er prix) et de 25 000 euros (2e prix) en soutien à leur projet.

Portrait de Flavie Prézélus, finaliste du "Green and Sustainable Challenge"

  • Son parcours

Je suis doctorante en génie des procédés au sein de deux laboratoires : le LGC - Laboratoire de Génie Chimique - et le LISBP - Laboratoire de l’Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés. Je travaille sur l’écoconception des membranes utilisées pour filtrer l’eau potable. Je m’intéresse en particulier à analyser et réduire les impacts environnementaux lors de la fabrication et de l’utilisation de ces filtres.

 

  • Sa participation au concours "Green and Sustainable Challenge"

Le challenge lancé par la Fondation Elsevier a pour thématique la chimie verte et durable appliquée aux pays en développement. Le jury regarde entre autres si les projets sont innovants, s'ils sont pertinents pour les pays en développement, applicables en pratique... J'ai présenté un projet de collaboration avec l’Institut International d'Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement au Burkina Faso. L'idée est de développer des membranes sans solvant toxique pour la filtration d'eau potable : les fabriquer ici à Toulouse et les tester à Ouagadougou en conditions réelles (caractéristiques de l'eau brute, conditions climatiques, ...). On espère ainsi avoir des réponses sur l'aspect "vert" et "durable" de ces membranes, est-ce que l'on réduit réellement les impacts environnementaux sur l'ensemble de leur cycle de vie ?

 

  • Son implication

Je me suis simplement sentie concernée par la thématique du concours, certains objectifs de la chimie verte et durable sont au cœur de mon sujet de thèse et j'y suis sensible.

C'est stimulant aussi de pouvoir mettre ses recherches en perspective, en proposer un prolongement et d'y associer un autre laboratoire.

 

  • L'après-thèse

Ma priorité est d’abord de finir ma thèse ! Pour la suite, vu que je me plais à faire de la recherche et de l’enseignement, je m’imagine continuer dans cette voie.

 

        

           ©www.elsevierfoundation.org