Démarche Eco-campus

Eco-campus est une démarche d’amélioration continue des performances environnementales des établissements et des campus toulousains. Elle est dans un premier temps principalement axée sur les sites pilotes du campus de Rangueil et du futur secteur universitaire de Montaudran Aerospace .

Les études

Il a été prévu que l'ensemble des thématiques Éco-campus soit d'abord couvert par cinq études conduites en parallèle sur 2013, 2014 et 2015.

Télécharger le rapport d'activité Développement Durable 2012-2015

Les enjeux et les objectifs

La particularité de la démarche Éco-campus est la volonté d’appuyer ces améliorations sur la mobilisation des acteurs du campus, à la fois comme usagers (étudiants et personnels), mais aussi comme détenteurs de compétences et savoir-faire mobilisables et applicables sur les thématiques étudiées. Le campus devient alors par lui-même un sujet d’enseignement et un laboratoire d’expérimentation « à l’échelle 1 » et au quotidien.

Autre particularité du projet toulousain : la forte connexion avec le projet urbain porté par Toulouse Métropole, puisque les études et actions Eco-Campus s’inscrivent dans une dynamique plus large et également innovante et exemplaire sur le territoire comprenant Rangueil – Montaudran – Hers – Malepère – Marcaissonne (dossier « Ville de demain »).

Les principaux enjeux de la démarche

  • la qualité et l’attractivité du campus à travers son exemplarité environnementale et son confort d’usage (bâtiments et espaces extérieurs),
  • la structuration urbaine et paysagère du site, la place de la nature dans le campus et une plus étroite connexion du campus à la ville,
  • la réduction des consommations des ressources et des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et des polluants, liées aux activités et aux déplacements,
  • l’identification et la mobilisation des savoir-faire applicables sur le site (enseignement, recherche, innovations …)
  • la création de bâtiments démonstrateurs,
  • la participation et l’appropriation par l’ensemble des usagers du campus (étudiants, enseignants, chercheurs, techniciens, administratifs).

Les objectifs à atteindre

À travers le projet Éco-campus, sont fixés un certain nombre d’objectifs :

  • une rénovation des bâtiments du parc immobilier avec un schéma directeur et un plan d’action énergétique,
  • la mise en valeur et la sanctuarisation d’un parc sur le site universitaire de Rangueil,
  • un plan de déplacement sur l’UPS, l’INSA et sur l’ensemble du complexe scientifique de Rangueil, afin d’améliorer le fonctionnement du campus et de réduire l’usage de la voiture individuelle et ses impacts,
  • la mise en place d’actions et de dispositifs de gestion des déchets (réduction à la source, tri, valorisation) mutualisés entre tous les établissements de l’agglomération,
  • la mise en place d’un processus d’information et de concertation auprès de tous les acteurs du campus, pour une compréhension partagée des enjeux et un apprentissage des comportements responsables.

L'origine du projet

Le projet Éco-campus et les partenaires de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

L'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, le Rectorat et l’Université Paul Sabatier, accompagnés par la Caisse des Dépôts, ont construit un partenariat avec la Communauté Urbaine de Toulouse Métropole en signant, le 10 février 2011, une convention Éco-Campus qui prévoit le lancement d‘études dont les résultats vont permettre de traduire en plan d’actions la stratégie commune portée par les acteurs et les usagers du campus de Rangueil.

Selon les sujets traités, les partenariats techniques et financiers ont été élargis, notamment avec la participation de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME), de Tisséo et du CROUS Midi-Pyrénées.

 

Le périmètre géographique et les établissements concernés

La démarche Eco-Campus est, dans un premier temps, centrée sur le campus de Rangueil et le futur secteur universitaire de Montaudran Aerospace. Les établissements de ce périmètre sont l’Université Paul Sabatier (UT3), l’INSA, l’ISAE, l’ENAC, ainsi que le site de l'ESPE sur Rangueil. Sont également concernés le CROUS (résidences et restaurants universitaires) et le CNRS qui possède ses services administratifs régionaux et des laboratoires propres sur ce campus. Le Service de Gestion et d’Exploitation (SGE) du Rectorat y est un acteur majeur en particulier en matière de gestion des fluides. A lui seul le campus de Rangueil représente 225 hectares, 45 000 étudiants, 7 500 personnels et 580 000 m² de surfaces immobilières.

Selon les thèmes, ce périmètre a pu être élargi :

  • sur les performances énergétiques et environnementales du patrimoine bâti, sont également concernés les campus de Labège, d’Auzeville et Castanet : INPT (services centraux), INP-ENSIACET, INP-ENSAT et ENFA,
  • sur les déchets : toute l’agglomération toulousaine, et par conséquent tous les établissements d’enseignement supérieur et de recherche de l’agglomération.

 

encadré

Contact

Eugény Péron Bodin
Chargée de mission Développement Durable
eugeny [dot] peron-bodinatuniv-toulouse [dot] fr
05.61.14.67.88
06.79.56.90.51

La lettre DD

La lettre du DDAfin de mettre en avant toutes les initiatives et actions de développement durable des universités, écoles et sites de recherche en Midi-Pyrénées, l’Université Fédérale Midi-Pyrénées coordonne la rédaction trimestrielle de la « Lettre du développement durable de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en Midi-Pyrénées ».

Cette lettre est un outil participatif. Toutes vos contributions en lien avec le développement durable sont les bienvenues, nous restons à votre écoute.

 

Le réseau

Le réseau des référents développement durable dans l’Enseignement Supérieur et la recherche en Midi-Pyrénées se réunit tous les trois mois afin de travailler et d’échanger sur :

  • ses expériences en matière de stratégie de développement durable (Plan Vert),
  • ses actions concrètes en cours et à venir
  • le contenu de la Lettre du DD dans l’ESR en Midi-Pyrénées
  • les actions communes au réseau (ex : la semaine du développement durable-avril 2015)