Si Baudelaire m'était chanté

 

Quel est le point commun entre David Bowie, Claude Debussy, les groupes de métal Alcest et de rap LPI ? Tous ont été inspirés par Baudelaire. Mylène Dubiau, du laboratoire LLA[1] de l'Université Jean Jaurès, lance avec une consœur britannique le « Baudelaire Song Project » afin de recenser ces influences.

 

D'où est venue l'idée du « Baudelaire Song Project »[2] ?

Je travaillais avec Helen Abbott, docteure en littérature du centre de recherche de Sheffield, sur l'influence de Verlaine et de Mallarmé dans la mélodie française[3]. Nous nous sommes rendu compte que celle de Baudelaire était particulièrement importante dans la musique depuis deux siècles. Il était révolutionnaire par ses thématiques -  la nuit, la mort, l'orientalisme... - qui plaisent encore beaucoup alors qu'à l'époque Les Fleurs du mal ont fait scandale. Or, il n'y a peu de ressources en ligne ou très incomplètes.

En quoi ce projet est-il original ?

Il est interdisciplinaire. Nous repérons les influences tant au niveau des thématiques que sur la structure des textes et de la musique : un solo de batterie, une modulation, un changement d'accompagnement peuvent marquer la succession de deux vers... Nous développons des méthodes d'analyse et utilisons un logiciel[4] qui identifie ces marqueurs musicaux sur enregistrement. Nous avons déjà recensé 800 morceaux ! How beautiful you are des Cure est une traduction des « yeux des pauvres », Bowie a repris l'idée qu'il faut s'enivrer « sans trêve » pour son Rock'n'roll Suicide, LPI a écrit sur le « mort joyeux »...

Que ferez-vous des données recueillies ?

Une base de données en ligne donnera accès à des enregistrements, des poèmes, des analyses et des données stylistiques. Les internautes pourront voir les marqueurs musicaux, les thématiques qui reviennent, la répartition de cette influence dans le monde, une recherche confiée à une post-doctorante.  Enfin, notre projet a une dimension participative : nous invitons chacun à nous signaler tout morceau influencé par Baudelaire qu'il aurait pu repérer !

 

Propos recueillis par Camille Pons


[1]Lettres Langages et Arts - LLA - Université Toulouse Jean Jaurès

[2] Le Baudelaire Song Project a démarré en juillet 2015 avec un financement de 600 000 livres (790000 euros) pour 4 ans de l'Arts and Humanities Research Council (AHRC)

[3]Forme musicale consistant en une brève composition pour voix accompagnée par un piano, sur des paroles généralement empruntées à des textes poétiques

[4]Sonicvisualiser, mis au point par un autre centre de recherche britannique (CHARM)