LabBooks : le livre, laboratoire de création

Les enseignants et étudiants de l'institut supérieur des arts de Toulouse présentent leurs travaux de recherche au Palais de Tokyo puis au Musée des Abattoirs. Une réflexion sur le livre comme œuvre ou écriture en lui-même.

 

« LabBooks », autrement dit le livre considéré non comme un simple réceptacle d'informations, mais comme un laboratoire de création et d'écriture. Tel est le titre du projet mené par des enseignants et étudiants de l'institut supérieur des arts de Toulouse (isdaT), anciennement les « Beaux-Arts ».

 

Leurs travaux sont présentés au Palais de Tokyo à Paris du 13 au 18 avril dans le cadre de « VISION », une manifestation dédiée à la recherche en écoles d'art et de design. LabBooks investira ensuite la médiathèque des Abattoirs à Toulouse, du 26 mai au 16 juillet 20161.

 

« Les livres d'artistes ont été le point de départ de notre travail. Il ne s'agit pas de livres d'art ou de catalogues, à propos des œuvres d'un artiste, mais de livres qui sont eux-mêmes des œuvres, souvent avec une très forte adéquation entre la forme et le contenu », explique Jérôme Dupeyrat, professeur d'histoire de l'art à l'isdaT et co-coordonnateur du projet.

 

Le livre d'artiste n'est pas une nouveauté. Ed Ruscha, Sol Lewitt, Christian Boltanski ou Daniel Buren ont investi le livre dès les années 1960-70. Et au-delà des livres d'artistes, l'espace de la page avait déjà été exploré par Stéphane Mallarmé (Un coup de dés jamais n'abolira le hasard), ou par les dadaïstes et les constructivistes (collage, typophoto) par exemple. « Pendant longtemps, les livres d'artistes sont restés assez confidentiels, remarque Jérôme Dupeyrat. Ils représentent une forme d'utopie, un moyen alternatif de diffuser l'art autrement que dans les galeries ou les musées. Mais depuis quelques années, c'est un domaine reconnu et très étudié. »

 

Les membres de LabBooks (quatre enseignants et un groupe d'étudiants de quatrième et cinquième année en art, design et design graphique), travaillent désormais sur la notion d'« écriture éditoriale », à travers un séminaire théorique et la production d'éditions. « LabBooks révèle qu'en considérant le livre comme un tout, où l'écriture peut être textuelle, visuelle, graphique, on peut appréhender de façon transversale diverses catégories d'édition : livres d'artistes, livres d'art, littérature visuelle, partitions, manuels. Nous nous apercevons aussi que l'écriture du livre ne conduit pas seulement vers son espace propre, mais étend notre travail vers la lecture et la performance. Le livre contient la condition de son dépassement », explique Jérôme Dupeyrat.

 

Une bibliothèque qui contient les ouvrages de référence et les travaux des membres de LabBooks a été présentée à Paris. À Toulouse, elle sera mise en dialogue avec l'important fonds de la médiathèque des Abattoirs.

 

 

Jean-François Haït