Agathe Molinar

Photo Agathe Molinar


27 ans

Diplômée d’un Master 2 Finance, Management, Gestion de l'ESC Toulouse

Créatrice de Lemon Curve

Lauréate du concours Petit Poucet dans la catégorie « Jeune Entrepreneur de l'Année 2010 ».

 

« L’entrepreneuriat est un challenge » pour Agathe Molinar. Après un parcours orienté vers la gestion d’entreprise agrémenté de stages lui offrant de nombreuses responsabilités, elle est à 27 ans co-créatrice d’un site spécialisé de vente en ligne. Son ambition : « devenir le Spartoo de la lingerie ! ».
 

« Mon premier business angel, c’est ma mère »

 

Agathe Molinar a pensé son parcours scolaire et professionnel avec l’idée de se mettre à son compte.« Créer mon entreprise me faisait un peu peur, bien sûr, mais cela me paraissait très excitant », raconte-t-elle. Après un Deug d’économie et gestion à l’Université Pierre Mendès-France-Grenoble II, elle intègre l’ESC Toulouse avant de clore son cursus par un Mastère spécialisé à l’ESCP Europe à Paris. Chaque stage effectué pendant sa scolarité lui a permis d’appréhender les différentes facettes de son futur métier de chef d’entreprise. Comptable dans un cabinet à New York, elle gère ses propres clients. Chargée du développement commercial d’une marque du groupe Pierre Fabre en Inde, elle intègre une petite équipe et se voit confier de nombreuses responsabilités. Contrôleur de gestion chez Les Néréides, créateur de bijoux fantaisie haut de gamme, elle travaille aux côtés de la dirigeante.

Le rêve devient réalité en 2009 quand elle crée Easylife Pack, société qui propose aux particuliers et aux entreprises de gérer leur déménagement de A à Z. Deux ans et demi plus tard, après avoir constaté qu’elle ne pouvait pas vivre de cette activité, elle choisit de tourner la page. Dès mai 2011, elle travaille sur un autre projet de création d’entreprise avec Julien Sylvain, rencontré à l’ESCP Europe. Cinq mois plus tard, ils lancent le site lemoncurve.com, spécialisé dans la vente de lingerie. Avec son associé, elle investit 100 000 euros dans l’entreprise. « J’étais prête à mettre de l’argent dans mon projet. Le soutien de mes proches a été très important. Ma mère a d’ailleurs été mon premier business angel », constate-t-elle. Cet été, la société a levé des fonds pour financer son développement (recrutement, marketing).

Une suite logique pour la créatrice qui compte bien garder la main sur sa société. « Dans cinq ans, je me vois encore à la tête de Lemon Curve. La route est longue pour devenir le Spartoo de la lingerie ! », prédit-elle.

encadré