Alexis Laporte

Photo Alexis Laporte


24 ans

Diplômé de l’INP - École Nationale Supérieure d’Électrotechnique, d’Électronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications

Cocréateur d'Unitag

Intègre en 2012 l’Incubateur Midi-Pyrénées et l’Incubateur de l’ESC Toulouse.

 

Alexis Laporte et six de ses camarades de l’N7 ont mis au point un générateur de QR code et un éditeur de pages web mobile. Après « un an de développement technologique et commercial soutenu par le directeur de l’école et les incubateurs locaux », il est à 24 ans co-fondateur d’une société qui vise l’international.

 

« Le soutien de notre école a été précieux »

 

Si Alexis Laporte est à l’initiative de la société Unitag, il s’est entouré de six camarades rencontrés à l’ENSEEIHT. Au sein de l’Association des élèves de l’école d’ingénieurs, ils ont tissé des liens forts notamment en organisant des événements d’envergure tels que le festival et le gala de l’INP. Cette expérience leur a donné l’envie de créer quelque chose ensemble.

En deuxième année, Alexis Laporte réalise un stage de deux mois et demi au sein des Laboratoires Pierre Fabre. « Je devais mettre au point un programme marketing autour du flashcode pour permettre aux pharmaciens d’offrir un service en plus à leurs clients », raconte-t-il. C’est ainsi qu’Alexis Laporte vient à s’intéresser au code barres 2D, plus connu aujourd’hui sous le nom de QR code. Son idée : imaginer un outil permettant de créer soi-même des QR Code personnalisés et des pages web adaptées aux smartphones.

De septembre 2010 à mars 2011, les sept étudiants mettent au point une première plateforme et créent en avril 2011 la société Unitag. « Nous avons été soutenus par le directeur de l’école, qui a mis à notre disposition des locaux. Il nous a également donné des conseils et des contacts. Son aide a été très importante pour nous », précise-t-il. En septembre 2011, Unitag commence son activité avec le lancement d’un générateur de QR Code personnalisables. « Nous avons eu beaucoup de retombées presse soit environ 200 articles dans 20 langues différentes », se réjouit Alexis Laporte. Trois mois plus tard, la société intègre l’Incubateur Midi-Pyrénées et l’Incubateur de l’ESC Toulouse. Début 2012, le projet autofinancé prend véritablement son envol. « Nous aurions gagné du temps si nous nous étions formés à la stratégie d'entreprise, mais nous avons pu avancer grâce aux retours de nos clients », reconnaît Alexis Laporte.

Hébergée en pépinière depuis mars 2012, la société propose aujourd’hui, en plus de son générateur de QR code, un éditeur de pages web mobile. Prochain défi à relever : l’international. Unitag, qui compte déjà 700 clients pour ses solutions dont 45% sont étrangers, entend intensifier cet effort.

encadré