Cécile Garcia

Photo Cécile Garcia


29 ans

Diplômée d’un Master 2 professionnel en Psychologie du développement de l’enfant et de l’adolescent de l'Université de Toulouse II -  Le Mirail

Psychologue libérale et formatrice LSF

Une double compétence et un soupçon d’audace

 

Entre consultations et formations, Cécile Garcia accompagne au quotidien des enfants et des adolescents mais aussi des professionnels dans leurs missions auprès de publics sourds. Bien qu’elle « ne pensais pas du tout s’installer en libéral » à l’issu de son M2 professionnel, le statut d’indépendant lui convient tout à fait.

 

« Je ne pensais pas du tout m’installer en libéral »

 

En 2004, Cécile Garcia vient à Toulouse pour se former à la langue des signes française (LSF).

Ayant arrêté ses études après le Bac, elle entame des études de psychologie à l’Université Toulouse II-Le Mirail afin d’obtenir le niveau requis pour intégrer une école d’interprètes. Sa Licence 1 obtenue, elle prend conscience qu’elle souhaite devenir psychologue et travailler avec les enfants. Mais elle est bientôt rattrapée par les liens tissés avec le monde des sourds. Alors qu’elle est en Master 1, elle s’investit au sein du pôle des étudiants en situation de handicap.

Dans ce cadre, elle accompagne deux étudiants sourds dans leur quotidien au sein de l’université (traduction des travaux pratiques, démarches administratives, relations avec le monde enseignant, etc.). En parallèle de ses études, un organisme de formation lui demande de créer une formation à destination d’assistantes maternelles souhaitant accueillir des enfants sourds.

« La surdité est un handicap invisible et de communication donc partagé avec celui qui entend. Mon rôle est notamment d’expliquer comment les sourds perçoivent le monde mais aussi comment mieux entrer en communication avec eux sans utiliser l’écrit », raconte-t-elle.

Diplômé d’un Master 2 mais ne trouvant pas de poste, elle choisit de s’installer en libéral. « Je pensais qu’il me fallait plus d’expérience pour me lancer », reconnaît-elle.

Aujourd’hui, son activité se partage entre formation et consultation auprès d’enfants et d’adolescents. Si le statut d’indépendant lui convient tout à fait, elle souhaiterait d’ici à 5 ans travailler au sein d’une institution qui accueille des enfants de 0 à 6 ans avec un handicap ou pas.

encadré