newsletter-mars2011
haut-du-bandeau
Logo Université de Toulouse
dieseMars
2011 n°8
retour

Photo :
© Monika Wisniewska/Fotolia

Newsletter de l'Université de Toulouse

TWB nouveau lauréat a l’appel "Démonstrateurs préindustriels en biotechnologie" du programme Investissements d’avenir

Boîte de Petri

Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et René Ricol, Commissaire Général à l’Investissement ont annoncé le vendredi 4 mars que le projet "Toulouse White Biotechnology" serait financé à hauteur de 20 M€ par l’ANR pour l’appel à projets "Démonstrateurs préindustriels en biotechnologie", dans le cadre de l’action "Santé et Biotechnologies" des Investissements d’avenir.


L’objectif de ce projet est de favoriser l’émergence d’une bioéconomie fondée sur l’utilisation du carbone renouvelable, en complément de celle basée sur le carbone fossile. L’augmentation actuelle du prix du baril de pétrole souligne l’urgence de trouver des alternatives aux procédés actuels de production de produits énergétiques, d’intermédiaires pour la chimie, de polymères et de matériaux.

Il s’agit donc de mettre en place un centre de recherche du meilleur niveau dans le domaine des biotechnologies industrielles ("Biotechnologies blanches" en complément des biotechnologies rouges pour la santé, vertes pour le végétal, jaunes pour l’environnement…), afin de construire aussi efficacement que possible les outils biologiques pour la transformation du carbone renouvelable (glucides et lipides essentiellement, d’origine agricole). Ces outils sont de trois types :

  1. Enzymes : les méthodes modernes d’ingénierie moléculaire, basées sur la combinaison de méthodes de modélisation in silico, de mutagénèse et de criblage à haut débit de banques métagénomiques et de banques de variants, permettent de générer des biocatalyseurs performants, voire de créer des catalyseurs n’existant pas dans le monde vivant pour réaliser des réactions originales ;
  2. Microorganismes : l’ingénierie métabolique permet de transformer les bactéries, levures, champignons et microalgues en véritables usines cellulaires produisant des molécules d’intérêt, aussi bien des molécules énergétiques pour les biocarburants (lipides, alcools) que des intermédiaires pour la chimie (acide lactique, 1,3-propanediol, isoprène…), des anti-oxydants (resvératrol, lycopène) ou des médicaments (corticoïdes, artémisinine) ;
  3. Consortia microbiens : pour la transformation des déchets et le recyclage de composés.

Les développements très récents que connaît le domaine de la biologie de synthèse, résultat du mariage de la biologie et des sciences de l’ingénieur et, en particulier, de la diminution des coûts de séquençage et de synthèse de l’ADN, sont là pour souligner l’extraordinaire effervescence de ce domaine scientifique.

Ces outils devront être mis en œuvre dans des conditions optimales pour assurer la viabilité économique des procédés ainsi développés, faisant appel à de nombreuses compétences complémentaires en mathématiques, modélisation, génie des procédés, chimie, formulation, analyses de cycle de vie…

Un défi supplémentaire concerne l’accès à des sources de carbone renouvelable n’entrant pas en compétition avec les usages alimentaires, notamment par le développement de procédés efficaces de déconstruction des biomasses ligno-cellulosiques (co-produits de l’agriculture et des industries agro-alimentaires, forêt, cultures dédiées…).

Il est également indispensable de s’interroger de manière très précoce sur l’acceptabilité sociétale des procédés envisagés. Pour cela, un partenariat dans le domaine de la bioéthique a été prévu avec l’École Supérieure d’Éthique des Sciences de l’Institut Catholique de Toulouse (Dr. Thierry Magnin).

Toulouse aux commandes du projet

Bien que les industries concernées soient surtout concentrées dans le Nord de la France, TWB sera localisé à Toulouse, du fait de l’expérience acquise par le LISBP (Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés) de l’INSA de Toulouse depuis une quarantaine d’années, combinant des recherches du meilleur niveau scientifique (évaluation A+ par l’AERES) avec une tradition ancienne de collaboration avec le secteur industriel, de création d’entreprises (une dizaine depuis 1985) et de transfert de technologies avec la mise en place d’un CRITT-CRT BioIndustries.

Créé à l’initiative et avec une forte implication de l’INRA, le projet TWB a obtenu le soutien du PRES « Université de Toulouse », des collectivités territoriales (Région Midi-Pyrénées et Sicoval), de trois fonds d’investissement (ABA, Seventure et Sofinnova) et de quinze entreprises (Adisseo, CIMV, Deinove, Global Bioenergies, GTP Technology, LibraGen, L’Oréal, Metabolic Explorer, Michelin, Proteus, Roquette, Sofiproteol, Syral, Total, Veolia). Il permettra donc d’amener en région Midi-Pyrénées des entreprises qui n’y ont pour l’instant aucune activité.

D’ores et déjà, un premier projet - SYNTHACS, collaboration LISBP-ADISSEO (lire article suivant) -  a été retenu dans le cadre de l’appel à projets « Biotechnologies et Bioressources » des Investissements d’avenir (3,5 M€, 5ans). TWB conduira, en effet, deux types de programmes de recherche :

  1. des projets compétitifs financés ou co-financés par des partenaires industriels ;
  2. des projets pré-compétitifs, conduits dans le cadre du LISBP destinés à générer, à côté d’une activité scientifique du meilleur niveau, de la propriété intellectuelle et l’émergence de jeunes pousses. 

TWB permettra de rassembler une masse critique de chercheurs dans le domaine des biotechnologies industrielles, disposant des moyens le plus modernes de conception et de construction de biocatalyseurs, et de rejoindre ainsi les meilleurs centres de recherche mondiaux.

Contact : Professeur Pierre MONSAN – pierre.monsan@insa-toulouse.fr
Membre de l'Institut Universitaire de France, Membre de l'Académie des Technologies -  Président du CCRRDT Midi-Pyrénées

 
 

Les établissements membres de l'Université de Toulouse : Université Toulouse I Capitole - Université Toulouse II Le Mirail - Université Toulouse III Paul Sabatier - Institut National Polytechnique de Toulouse (ENSAT - ENSEEIHT - ENSIACET - ENIT - ENM - EI PURPAN - ENVT) - Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse - Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace - Centre Universitaire Jean-François Champollion - École des Mines d'Albi-Carmaux - École Nationale de l'Aviation Civile - École Nationale de Formation Agronomique - École Nationale Supérieure d'Architecture de Toulouse - École Supérieure de Commerce de Toulouse - Institut Catholique d’Arts et Métiers - Sciences Po Toulouse

Directeur de la publication : Gilbert Casamatta
Rédacteur en chef : Alexandre Lévy
Comité de rédaction : Marie-France Barthet, Gilbert Casamatta, Patrick Cazeneuve, Jean-Marie François, Catherine Gadon, Marie Hermenier, Alexandre Lévy, Pierre Monsan, Pierre-Emmanuel Reymund
Conception graphique et mise en page : JulieCrea.com
Web éditorial : Emmanuelle Caplan
Coordination technique et diffusion : Séverine Couteau, Arnaud Gardies, Elodie Hartmann
Crédit photo : © JPG/Université de Toulouse, 2010 ; © Monika Wisniewska/Fotolia ; © UMR5546 LSCSV ; © Actia / Seura architectes / Vincent Bouillot ; © raven/Fotolia ; © Odile Anton ; © P. Solal
Université de Toulouse
15 rue des Lois - 31000 Toulouse
Tél : 05 61 14 80 10
Fax : 05 61 14 80 20
www.univ-toulouse.fr

CONTACT PRESSE :
Alexandre Lévy
Mobile : 06 83 39 30 85
email : alexandre.levy@univ-toulouse.fr

L'Université de Toulouse s’engage à respecter les informations qui lui sont communiquées. Les données collectées lors de votre inscription à cette lettre d’information électronique sont exclusivement destinées à l’usage de l'Université de Toulouse. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour ce faire, vous pouvez utiliser les fonctions « se désabonner », ou nous contacter directement à l’adresse suivante : communication@univ-toulouse.fr.. Toute reproduction (ou réutilisation) totale ou partielle des données (textes et images) issues de cette lettre d’information est interdite; à l’exception de la reproduction à usage privé et des autres cas prévus à l’article L122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle.