newsletter-janvier2011
haut-du-bandeau
Logo Université de Toulouse
dieseJanvier
2011 n°6
retour
Newsletter de l'Université de Toulouse

Le projet d’implantation d’une École Normale Supérieure à Toulouse

Localisation des ENS

Le projet d’École Normale Supérieure (ENS) à Toulouse a pour objectif de diversifier et améliorer la formation des cadres de haut niveau destinés à irriguer aussi bien le milieu académique (recherche, enseignement supérieur) que le secteur privé (recherche industrielle) ou la haute administration, et qui seront des acteurs ou accompagnateurs majeurs des futures révolutions scientifiques et technologiques. Il a pour ambition de proposer une formation de haut niveau par la recherche, en couplage étroit avec différents établissements de l’Université de Toulouse et les laboratoires toulousains.

Les ENS étaient toutes concentrées en région parisienne jusque dans les années 1980. Depuis, l’installation d’une ENS à Lyon a montré comment un tel établissement pouvait irriguer toute une grande région et atteindre un haut niveau de reconnaissance hors Île-de-France. Ce mouvement se poursuit avec l’ouverture en 2012 d’une nouvelle ENS à Rennes à partir de l’antenne ouverte par l’ENS Cachan à la fin des années 1990.

Les Écoles Normales Supérieures françaises actuelles ont la particularité d’être à l’interface entre les universités et les grandes écoles. Elles bénéficient d’une reconnaissance à l’international, aussi bien dans le monde académique que celui de l’entreprise. Leurs étudiants, principalement issus des classes préparatoires communes aux grandes écoles et ENS, suivent un cursus universitaire enrichi mais se destinent en majorité à l’enseignement supérieur et la recherche. En diversifiant les recrutements (classes préparatoires, étudiants des universités, des écoles d’ingénieurs) et par la formation qu’elle proposera, l’ENS Toulouse permettra d’attirer (et garder) les meilleurs étudiants et augmentera les débouchés (ou les passerelles en cours de carrière) vers les mondes industriels et administratifs. Son originalité réside dans une formation pluridisciplinaire, fondamentale et technologique, qui implique des partenaires industriels locaux. Elle renforcera l’attractivité du monde académique toulousain et aura un effet accélérateur au transfert des connaissances de la recherche fondamentale ou plus appliquée vers le monde économique.

Une composante forte de Toulouse Initiative d’Excellence

Sa mise en place, en partenariat avec une ENS existante (Paris, Lyon ou Cachan) et éventuellement sous la forme d’une antenne, se fera à travers un fort couplage avec les autres établissements d’enseignement supérieur du site toulousain et par son intégration dans la future Université Fédérale de Toulouse. Elle constitue un axe fort du volet de formation proposé dans le projet Toulouse-IDEX soumis en réponse à l’appel d’offre « Initiatives d’Excellence ».   De ce fait, elle pourra bénéficier des chaires environnées financées par Toulouse-IDEX, mais également de financements spécifiques, par exemple, pour permettre d’attirer certains étudiants étrangers particulièrement prometteurs.

Ce projet vise à renforcer, mettre en place ou simplement associer et combiner des filières d’enseignement d’excellence menées dans et avec les différents établissements toulousains actuels. Ainsi, la plupart des enseignants de l’ENS seront recrutés sur des postes partagés avec un établissement toulousain, soit parmi des personnels déjà en poste, soit dans le cadre d’un recrutement conjoint. Ils resteront 5 ans (renouvelable une fois) à l’ENS et retourneront ensuite dans leur établissement d’origine afin d’assurer un flux permanent entre l’ENS et ces établissements. Des chercheurs et ingénieurs de l’industrie enrichiront la formation en tant que professeurs chargés de cours à temps partiels.

Un projet attendu par la communauté universitaire et les acteurs économiques

La recherche de l’ENS Toulouse s’appuiera sur l’ensemble des laboratoires d’excellence du site toulousain dans lesquels se trouveront les enseignants de l’ENS. L’objectif est de créer un effet d’entraînement maximal entre l’ENS et l’ensemble du campus toulousain, tant dans le domaine de l’enseignement que de la recherche et de l’innovation.

Pour répondre aux enjeux du futur, à la croisée de plusieurs domaines disciplinaires, il est proposé de mettre en place un enseignement en double cursus avec une ou deux mineures accompagnant une majeure, mais également de développer les grands domaines d’application transverse (modélisation, sciences de l’ingénieur, de l’univers…). Cette multidisciplinarité est déjà assurée par la composition du groupe de travail du projet qui comprend des enseignants-chercheurs et chercheurs des sciences dures et économiques mais également des industriels.  La formation par la recherche s’exercera sous forme de stages s’appuyant sur les laboratoires locaux de recherche de qualité, du monde académique ou industriel.

Ce projet, présenté à l’ensemble des partenaires locaux lors d’une réunion à la préfecture le 3 décembre dernier, a reçu le soutien enthousiaste des représentants des ENS actuelles, du président de l’Université de Toulouse, du président de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, et des représentants des différents pôles industriels. Il se poursuit avec la mise en place d’un comité d’orientation stratégique. Les informations complémentaires seront disponibles sur le site : www.ens-toulouse.fr

Contact :
Bertrand GIRARD,  Professeur à l’Université Toulouse III Paul Sabatier, Directeur de l’Institut de Physique du CNRS. bertrand.girard@irsamc.ups-tlse.fr

 
 

Les établissements membres de l'Université de Toulouse : Université Toulouse I Capitole - Université Toulouse II Le Mirail - Université Toulouse III Paul Sabatier - Institut National Polytechnique de Toulouse - Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse - Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace - Centre Universitaire Jean-François Champollion - École d'Ingénieurs de Purpan - École des Mines d'Albi-Carmaux - École Nationale de l'Aviation Civile - École Nationale de Formation Agronomique - École Nationale d'Ingénieurs de Tarbes - École Nationale Supérieure d'Architecture de Toulouse - École Nationale Vétérinaire de Toulouse - École Supérieure de Commerce de Toulouse - Institut Catholique d’Arts et Métiers - Sciences Po Toulouse

Directeur de la publication : Gilbert Casamatta
Rédacteur en chef : Alexandre Lévy
Comité de rédaction : Marie-France Barthet, Gilbert Casamatta, Bertrand Girard, Christophe Haunold, Jean-Noël Larré, Anne Lavergne, Alexandre Lévy, Jacques Rebiscoul, Pierre-Emmanuel Reymund.
Conception graphique et mise en page : JulieCrea.com
Web éditorial : Emmanuelle Caplan
Coordination technique et diffusion : Séverine Couteau, Arnaud Gardies, Elodie Hartmann
Crédit photo : © JPG/Université de Toulouse, 2010 ; (cc) Peter Pearson/Guadianofligh1 © Université de Toulouse/JPG/UMR554/Pôle SDM ; © AKS - Fotolia.com ; © Actia / Seura architectes / Vincent Bouillot ; © OBRAS architectes/KEFIR infographie ; © meschike - Fotolia.com ; © Fotolia IV - Fotolia.com ; © JulieCrea.com
Université de Toulouse
15 rue des Lois - 31000 Toulouse
Tél : 05 61 14 80 10
Fax : 05 61 14 80 20
www.univ-toulouse.fr

CONTACT PRESSE :
Alexandre Lévy
Mobile : 06 83 39 30 85
email : alexandre.levy@univ-toulouse.fr

L'Université de Toulouse s’engage à respecter les informations qui lui sont communiquées. Les données collectées lors de votre inscription à cette lettre d’information électronique sont exclusivement destinées à l’usage de l'Université de Toulouse. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour ce faire, vous pouvez utiliser les fonctions « se désabonner », ou nous contacter directement à l’adresse suivante : communication@univ-toulouse.fr.. Toute reproduction (ou réutilisation) totale ou partielle des données (textes et images) issues de cette lettre d’information est interdite; à l’exception de la reproduction à usage privé et des autres cas prévus à l’article L122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle.