Équipements scientifiques

Objectifs

La physique, la chimie, la biologie, les sciences de l’univers et de l’environnement, les sciences de l'ingénieur, les sciences humaines et sociales requièrent toutes des plateformes instrumentales, animales et analytiques ainsi que les équipements nécessaires à la réalisation de calculs scientifiques au meilleur niveau international.

Le choix de l’IDEX est de privilégier la concertation autour des besoins, la mutualisation des moyens et la mise en commun des ressources tant humaines que financières. Pour cela nous avons mis en place un comité de prospective « Equipement » au niveau de l'Université de Toulouse qui permet d'animer une concertation entre co-financeurs potentiels, organismes de recherches et collectivités territoriales. Pour être éligibles, les projets proposés doivent bénéficier d'un cofinancement d'au moins 50% par des partenaires.

Prospective Équipement IDEX

La prospective sur les équipements scientifiques est dotée par l'IDEX de 5,1 M€ et a permis de lever des co-financements à hauteur de 13 M€.

Prospective 2015

Le second volet du programme Équipement a débuté au début de l'automne 2014.  Le travail de prospective sur l'Équipement scientifique est confié aux directeurs d'unités de recherche et aux VP des commissions recherche, par grands secteurs scientifiques (il a duré jusqu'en février 2015). Une synthèse des besoins exprimés a été ensuite réalisée, à partir de ces travaux, par le Comité de Prospective IDEX qui a auditonné l'ensemble des porteurs de projet. À l'issue de ces rencontres, le Comité de Prospective a proposé une liste d'équipements à financer. Celle-ci a été débattue en bureau de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées avant présentation au Conseil d'Administration pour financement.

La coordination du travail de prospective a été réalisée au sein des 6 pôles de coordination de la recherche, sous la responsabilité de référents de pôle :

  • Sciences de la Matière : laurentatchimie [dot] ups-tlse [dot] fr (Christophe Laurent )
  • Mathématiques, Sciences et Technologie de l'Information et de l'Ingéniérie : bahsounatirit [dot] fr (Jean-Paul Bahsoun)
  • Humanités, Sciences Humaines et Sociales : florent [dot] hautefeuilleatuniv-tlse2 [dot] fr (Florent Hautefeuille)
  • Sciences de la Vie : louis [dot] casteillaatinserm [dot] fr (Louis Casteilla) et pierre [dot] soleratobs-mip [dot] fr (Bernard Frances)
  • Univers, Planète, Espace, Environnement : pierre [dot] soleratobs-mip [dot] fr (Pierre Soler)
  • Droit, Science Politique, Economie Gestion : Bruno [dot] Sireatut-capitole [dot] fr (Bruno Sire)

Résultats Équipement 2015

Lauréats 2015

21 projets ont été sélectionnés par le CA du 10 juillet 2015.

 

Prospective 2014

Le programme Équipement de l'IDEX UNITI est doté d'un volant financier de 5,1 M€. Le premier volet du programme Équipement a été mis en œuvre à l'automne 2013 : le recueil des besoins a été organisé par le Comité de Prospective Équipement à l’occasion de la préparation du Contrat de Plan Etat-Région. Cette phase d'identification et de sélection s’est terminée au printemps 2014. Le financement des 6 projets sélectionnés a été décidé par le Conseil d’Administration de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

Résultats Équipement 2014

Lauréats 2014

6 projets ont été sélectionnés par le CA du 5 juin 2014.

Plateformes

De nombreux équipements financés dans le cadre de l’IDEX-Équipement viennent renforcer 3 structures mutualisées dont l’Université Fédérale est tutelle.

La Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse

MSHS-T USR 3414

La Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse a vu le jour en 1999. Unité de Service et de Recherche depuis 2011, elle est rattachée à l’Institut des Sciences Humaines et Sociales (InSHS) du CNRS et associe le CNRS à l’Université Fédérale de Toulouse (pour le compte des 3 universités toulousaines et l’Institut d’Études Politiques).

Membre du GIS Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (RNMSH) la MSHS-T s’inscrit dans le respect de la charte du Réseau et favorise fortement les liens inter-MSH à travers son programme.

La MSHS-T regroupe 27 unités de recherche implantées sur les sites des 3 universités toulousaines. Elle soutient financièrement environ une soixantaine de projets scientifiques par an (91 depuis 2011) et contribue au fonctionnement de 9 plateformes techniques. Elle est partenaire (pour une de ses plateformes) du seul Laboratoire Commun en SHS financé par le programme LabCom de l’ANR.

Le programme scientifique de la MSHS-T, suivi par un Conseil Scientifique International, fédère 25 laboratoires de recherche toulousains. Ce programme est ancré dans un questionnement sociétal résolument interdisciplinaire (Sciences humaines et sociales, économie, sciences exactes et expérimentales). Il s'appuie notamment sur le soutien et la mutualisation de plateformes technologiques ou dématérialisées :

  • Plateau technique  « Cognition, Comportement et Usages – CCU » : Le pôle « Cognition, comportement et usages » regroupe trois plateaux techniques destinés à recueillir des données physiologiques ou comportementales dans des situations complexes.
  • Plateau technique « Archéologie, Données spatiales » : Le plateau dispose ou est en cours d’acquisition d’une série d’outils offrant un très large panel de données en archéologie, aussi bien pour de la prospection, de la fouille que de l’archéologie du bâti.
  • Soutien aux deux TGIR ( Très Grand Instrument de Recherche).
  1. « PROGEDO »  : ayant pour but la PROduction et la GEstion des DOnnées en sciences humaines et sociales, PROGEDO réunit les acteurs concernés par les enquêtes quantitatives autour d’une politique nationale commune animée par deux grandes dimensions : la production et la mise à disposition de données pour les SHS.
  2. « HUMA-NUM »  : Projet visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales, batie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation collective) et technologique (services numériques pérennes) à l’échelle nationale et européenne en s’appuyant sur un important réseau de partenaires et d’opérateurs.

 

Centre de microcaractérisation Raimond Castaing

UMS R. Castaing N° 3623

Le centre de microcaractérisation Raymond Castaing a été créé le 1er janvier 2014. Il est localisé dans l’Espace Clément Ader à Montaudran. La plateforme s’étend sur 965 m², dans un bâtiment sécurisé, dont la conception et la construction ont répondu à un cahier des charges rigoureux pour garantir un fonctionnement optimum des équipements.

Le centre regroupe 12 équipements de micro et nanocaractérisation ainsi que du matériel de préparation :

  • 2 microsondes électroniques ;
  • 4 microscopes électroniques à balayage à émission de champ dont un dual-beam ;
  • 5 microscopes électroniques en transmission ;
  • 1 spectromètre de masse d’ions secondaires.

Six de ces équipements sont nouveaux et ont été acquis dans le cadre du CPER 2007-2013 :

  • 2 microsondes électroniques, une conventionnelle, une à émission de champ (nanosonde) ;
  • 3 microscopes électroniques à balayage à émission de champ dont  un dual-beam et un microscope avec détecteur EBSD (Electron backscatter diffraction);
  • 1 microscope électronique en transmission microscope électronique en transmission à émission de champ corrigé sonde et couplé à un spectromètre EDX (energy dispersive X-ray spectrometry) et à un spectromètre en perte d’énergie (EELS).

L’unité est donc en fonctionnement nominal depuis décembre 2014. Elle a été inaugurée le 16 mars 2015.

 

Plateforme de calcul intensif CALMIP

UMS CALMIP N°3667

Le mésocentre de calcul CALMIP s’est installé dans l'Espace Clément Ader (ECA) début 2014, au moment de l'installation de son nouveau supercalculateur Eos. À sa mise en route, Eos est entré à la 183ème position dans le classement des 500 machines les plus puissantes au monde et est toujours à ce jour le supercalculateur régional et interuniversitaire le plus puissant en France.

Dans le même temps, Méteo-France installait son nouveau supercalculateur Prolix dans la même salle machine de l’ECA, comportant 23 760 processeurs pour une puissance de calcul crête de 513 TF (soit environ un x2 par rapport à CALMIP).

Toute l’infrastructure technique assurant le bon fonctionnement de ces deux supercalculateurs a été mutualisée (groupes de production de l’eau glacée refroidissant les machines, climatisation, groupes électrogènes, onduleurs etc…) et il faut aussi noter que la chaleur produite par la PCI de l’ECA (CALMIP+Météo-France) est récupérée pour chauffer le bâtiment, et à terme la ZAC de Montaudran.

En termes d’exploitation scientifique, la mise en production d’Eos s’est accompagnée d’une véritable explosion de la demande : la demande en heures de calcul en 2015 a ainsi atteint ~78 millions d’heures de calcul, contre 41 millions d’heures en 2014 (+90%), et le nombre de projets soumis à CALMIP a atteint les 250 projets (+8% par rapport à 2014). Aujourd’hui plus de 500 chercheurs utilisent quotidiennement CALMIP, ainsi que des entreprises innovantes puisque plus d’un million d’heures de calcul ont été consommées en 2015 par leurs départements de R&D.

Concernant le volet stockage, CALMIP vient de se doter d’un nouveau système de stockage, grâce notamment au soutien de l’IDEX (Recherche et Numérique, 850k€). Ce projet autour des Big Data (DATAMIP) et doté d’un budget 2015 de 1.6M€, conduira à la mise en place fin 2015 d’une infrastructure de stockage d’une capacité totale de 7 Pétaoctets utiles (7 Po), répartis en :

  • 3 Po de stockage rapide sur un système de fichiers parallèle performant pour le traitement intensif des mégadonnées,
  • 4 Po de stockage objet pour sécuriser cet espace de stockage rapide.

Ces nouveaux équipements de stockage ont été installés en novembre 2015 et entreront définitivement en production auprès des chercheurs début 2016.