Culture et diffusion des savoirs

La culture et la diffusion des savoirs sont deux axes forts pour développer les liens entre le monde de la communauté universitaire et la société. Ils encouragent les étudiants, les personnels, les enseignants-chercheurs et chercheurs à partager leurs savoirs et les initiatives vers le public le plus large.

Les initiatives étudiantes

Dans le cadre du programme « Vie de Campus » de l’IDEX, l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées met en œuvre un Fonds de Soutien aux Initiatives Étudiantes (FSIE) pour encourager les étudiants du territoire de Midi-Pyrénées à s'investir dans la vie associative.

L’objectif de ce fonds de soutien est :

  • d’accroître la vie associative et développer des initiatives étudiantes inter-établissements ayant un impact sur le territoire de Midi-Pyrénées ;
  • de  permettre aux étudiants de devenir des acteurs de la vie universitaire et locale, en soutenant financièrement des projets à destination des étudiants du site universitaire et plus largement, de la communauté universitaire ou du territoire (ouverture de l’université vers la cité).

Les 57 projets financés ont tous des retombées d’intérêt général pour la communauté universitaire de Midi-Pyrénées ou s’inscrivent dans le cadre de l’engagement citoyen.

Les projets concernent tous les domaines de l'art et de la culture, de la culture scientifique et technique, des initiatives citoyennes, solidaires, d'animation des campus, d'amélioration de la qualité de vie étudiante et ont une vocation interuniversitaire.

Exploreur - Magazine scientifique de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

Enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, personnels administratifs, doctorants et étudiants, ce magazine est le vôtre.

Une véritable chaîne d’information a permis de réaliser ce tout nouvel outil réunissant universités, grandes écoles et organismes de recherche autour de l’actualité des centres et laboratoires de recherche à Toulouse et en Midi-Pyrénées.

Exploreur - Magazine scientifique de l'Université Fédérale Toulouse Midi-PyrénéeExploreur n°2 - le défi climatique

La passion de toutes les sciences

Par Marie-France Barthet, Présidente de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

En France, mais aussi à l’étranger, Toulouse et Midi-Pyrénées sont incontestablement, et depuis déjà longtemps, synonymes de recherche scientifique et technologique au plus haut niveau. Le prix Nobel d’économie décerné à Jean Tirole en 2014 en est l’illustration la plus récente et la plus éclatante.

Aujourd’hui, nous vous proposons un media qui offre un panorama de l’extraordinaire richesse de la production de 200 laboratoires de notre région : Exploreur, le magazine scientifique de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées. Une Université ancestrale qui regroupe toutes les thématiques scientifiques au sens large. Ce sont ces passerelles entre femmes et hommes de science de toutes les disciplines, de tous les établissements et de tous les sites de l’UFTMP que nous vous faisons découvrir, dans ce magazine qui paraît trois fois par an en français et une fois par an en anglais. Dans nos dossiers, nous abordons des sujets de fond et d’actualité.

D’autres rubriques mettent en avant des projets ou des travaux scientifiques remarquables, des personnalités originales, l’action de la fédération à l’international, les doctorants... ou encore la valorisation de la recherche, dans un sens aussi bien économique que sociétal. Avec un dénominateur commun : la passion de la science et de la technologie. Une passion qui se traduit notamment en manifestations de culture scientifique et technique dont nous nous faisons l’écho.

Nous souhaitons également qu’Exploreur devienne, pour les ministères et organismes de tutelle, les financeurs, les collectivités et le monde de l’entreprise, un indicateur précieux du dynamisme régional en matière de recherche et d’innovation. Sa diffusion auprès des proviseurs de lycées contribue à renforcer l’attractivité des filières scientifiques, littéraires, sciences humaines et sciences sociales. Enfin, le numéro annuel en anglais reprend le meilleur des articles pour faire rayonner la recherche en Midi-Pyrénées dans le monde entier.

Pour ce magazine, notre exigence de qualité graphique et éditoriale est égale à celle des meilleurs titres scientifiques de la presse écrite. Il ne vous reste plus qu’à découvrir Exploreur et à le faire découvrir. Je vous souhaite d'excellentes lectures.

Le magazine Mondes Sociaux

Mondes Sociaux est un magazine numérique francophone qui entend contribuer à la circulation internationale des connaissances et à la mise en visibilité dans et hors du champ académique de travaux de sciences humaines et sociales, tout en proposant des éclairages sur des questions de société et des débats d’idées.

Mondes Sociaux

Mondes Sociaux publie des articles courts (10 000 signes tout compris) qui font la synthèse de travaux ayant déjà fait l’objet de publications académiques (ouvrages, articles, chapitres, etc.) et qui se veulent accessibles à des publics non universitaires. Il est porté par le labex SMS.

 

15 juin 2015 - Mondes Sociaux, magazine numérique de Sciences humaines et sociales, vient de publier :

Georges Favraud, « Shanghai, une vision chinoise de l’Universel ». Une ethnographie de la modernité chinoise : http://sms.hypotheses.org/7824
 
Yann-Philippe Tastevin, Olivier Pliez, « La mondialisation en triporteur  ». Sur et sous la mondialisation par le bas :
 
Jean-Pascal Fontorbes, Anne-Marie Granier, « Les frères Boniface, symboles du rugby d’antan » : à travers l'histoire des frères André et Guy Boniface,le film-rechercheDouze et demi est celle d'une génération et d'un esprit rugby : histoire de la génération de ceux qui étaient enfants pendant la Seconde guerre mondiale, de la jeunesse des années 1960 ; histoire du rugby quand il véhiculait nombre de valeurs
 

Suivez le magazine Monde Sociaux

 

En savoir plusMondes sociaux

Mondes Sociaux, magazine de sciences humaines et sociales (web)

Le labex SMS, structuration des mondes sociaux (web)

Le patrimoine scientifique universitaire

Les établissements  d’enseignement supérieur et les organismes de recherche de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées se mobilisent pour leurs patrimoines scientifiques. Le programme Culture et Diffusion des savoirs de l’Idex s’est donné l’objectif de valoriser leurs initiatives et d’accroître la visibilité des fonds, sites et collections patrimoniaux.

 

État des lieux des inventaires

À l’automne 2013, les établissements de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées validaient la formation d’un groupe de travail transversal, composé de spécialistes reconnus susceptibles de porter  un regard éclairé sur le patrimoine universitaire toulousain. Ce groupe de travail « Patrimoine culturel universitaire » a piloté d’avril à décembre 2014, avec l’assistance du Service Diffusion de la Culture des Sciences et des Techniques, une étude permettant de mieux connaitre l’étendue des collections hétérogènes de l'Université. Fruit de nombreuses contributions et d’un long travail de recueil et d’analyse, cette étude, pionnière par son envergure, s’applique à révéler les nombreuses richesses du patrimoine universitaire des établissements d’enseignement et de recherche sur le site de Toulouse.

Un rapport a été réalisé pour soutenir ces initiatives en faveur du patrimoine culturel de l’Université de Toulouse, d'accélérer le processus de reconnaissance et de réintégration du patrimoine culturel universitaire au cœur des missions de recherche, d’innovation et de transmission des savoirs.

 

Mise en place du projet PUCES *

* Patrimoine Universitaire Culturel et Scientifique

Les  établissements d'enseignement supérieur et de recherche ont constitué et construisent depuis leur création, un patrimoine d’une richesse incontestée. Cependant ce patrimoine reste méconnu, dispersé et en partie en danger.

Le dispositif PUCES (Patrimoine Universitaire Culturel Et Scientifique) a pour objectif l’articulation d’un ensemble d’espaces muséaux au sein même des établissements du site Midi pyrénéen.

Les objectifs généraux

  • Diffuser la connaissance générée par l’institution
  • Promouvoir et valoriser l’image de l’université
  • Répondre à un besoin de reconnaissance du patrimoine scientifique universitaire

De manière plus spécifique

  • Améliorer et multiplier dans les universités et écoles d’ingénieurs, les dispositifs de valorisation de l’histoire des sciences, des techniques et de l’innovation.
  • Montrer les fonds instrumentaux, des collections naturelles, des archives, livres et iconographies conservés.
  • Sensibiliser les étudiants, chercheurs, personnels par cette démarche de transmission et partage.
  • Tisser des liens entre les établissements dans un souci de transversalité et d’ambition commune.
  • Faire écho au Quai des savoirs, au 39 allées Jules Guesde, vitrine de l’enseignement et de la recherche pour le grand public.

La méthodologie

  • L’espace « Faraday »,  dans le hall de la Maison de la Recherche et de la Valorisation

Cette année, « l’exposition Planck : aux origines de l’Univers » aborde, grâce à une cage de Faraday, le satellite Planck, développé en partie à l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie. Son objectif est de mesurer avec grande précision le rayonnement fossile présent dans l’Univers et de fournir une carte détaillée de la température de ce rayonnement électromagnétique émis peu de temps après le big bang. L’exposition, en partenariat avec l’IRAP, le CNES, le CNRS et l’Agence Canopée, est présentée depuis octobre 2015 jusqu’en août 2016.

  • Un appel à manifestation d’intérêt pour soutenir à hauteur de 10 000 euros maximum des projets au niveau des établissements pour améliorer ou mettre en place un espace d’exposition pérenne en lien avec l’ histoire et les activités de recherche et d’enseignement du site.

Les curieuses visites curieuses

Avez-vous fait cette expérience d'avoir eu, à l'école, certains professeurs qui mêlaient à leur enseignement des exemples tirés de la vie quotidienne ou de la littérature, qui vous racontaient des anecdotes ou des histoires teintées parfois de fantaisie ou d'humour ? Avec la « Curieuse visite curieuse », nous faisons l'expérience de mêler au contenu scientifique ou historique d'une visite guidée, une part d'imaginaire, de fantaisie, d'humour ou de poésie.

Ce projet est développé en partenariat avec Les Anachroniques, les Chemins Buissonniers, La Gargouille, l’Agit (Association des Guides Interprètes du Tarn), Enquête de Patrimoine et le Service de Diffusion de la Culture des Sciences et des Techniques (DCST) de l’Université Fédérale via le programme Culture et Diffusion des savoirs de l’Idex qui conçoivent depuis 2012 une programmation de visites dédiées à la découverte du patrimoine universitaire pour le grand public en relation avec les acteurs de la recherche et de l'enseignement, lors de manifestations culturelles : festival la Novela, fête de la Science, journée du patrimoine, semaine de l’étudiant, semaine de l’industrie… Cette offre de médiation scientifique permet aux étudiants et au grand public de mieux appréhender les richesses de notre patrimoine universitaire, peu connues.

Avec le soutien et l’implication de différentes structures et laboratoires tout au long des années universitaires 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016, des parcours ou visites théâtralisées qui couvrent l’ensemble du territoire Midi-Pyrénées, permettent de toucher des thématiques très variées : la présence de la médecine sur Toulouse, l'eau, l’écriture, etc.

Les acteurs des sites visités, impliqués dans la conception et la mise en place des visites, sont : le département Formation Vie Etudiante et l’ École des Docteurs de l’Université Fédérale, Espace culturel de l’Université Toulouse 1 Capitole, Direction en appui à la recherche de l’Université Toulouse - Jean Jaurès, Pôle culture et direction du soutien aux laboratoires de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, Service communication de l’Institut National universitaire Champollion d’Albi, Déléguée de la communication de l’École des Mines d’Albi, IMFT (Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse) - CNRS / ENSEEIHT-INP / Université Toulouse III  - Paul Sabatier, Musée des Ecritures du Monde de Figeac, Association Fermat Science, Ville de Bagnères de Bigorre, Services communication du CNRS, de l’Inra et de l’Inserm.

Le travail s'effectue en trois temps

  • Le premier temps est celui de la recherche et de la construction du contenu en lien avec le Service DCST pour l’identification des scientifiques associés et l’écriture à trois mains (guide, comédien et scientifique) du projet de visite ;
  • Puis vient le temps des répétions pour éprouver la forme choisie et les interactions, répétitions hors contexte et in-situ ;
  • Ensuite c’est le temps de la représentation face au public, en déambulation, avec ses réactions et ses commentaires.

Le Patrimoine Scientifique et Technique contemporain - PATSTEC

Dans le cadre de sa Mission de Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain de Midi-Pyrénées, l’Université Fédérale de Toulouse valorise, depuis 2004, la recherche des années 50 à nos jours à travers son patrimoine instrumental et la mémoire de ses chercheurs. Cette mission PATSTEC s'inscrit dans le cadre d'un projet national confié en 2003 au musée des arts et métiers. http://www.patstec.fr/PSETT.

Ce travail ne pourrait être possible sans la sensibilisation des établissements d'enseignement supérieur et de recherche par la mise en place dans les établissements d’un réseau de correspondants scientifiques réunis à l’occasion d’un comité de pilotage annuel et d’un conseil scientifique.

Les objectifs sont le repérage et la documentation des objets témoins de la science contemporaine dans les laboratoires, l’alimentation  de la base de données nationale PATSTEC, et le recueil des témoignages des acteurs de la recherche de Midi-Pyrénées. Le programme Culture et Diffusion des savoirs de l’IDEX a facilité la mise à disposition de ces ressources aux publics au travers d’expositions, de films, de publications, ou encore d’ateliers de culture scientifique.

Exposition Pierre de Fermat

Prévue en 2017, cette exposition, destinée à un large public, se propose d'explorer la vie et l’activité de Pierre de Fermat, personnage à la fois très célèbre et largement méconnu. Ce magistrat, qui fut aussi humaniste et scientifique, entretient une correspondance avec les plus grands savants de son temps mais n'a guère quitté un territoire délimité par Toulouse, Castres et Beaumont-de-Lomagne.

Ce projet s'appuie sur un comité scientifique composé d'universitaires (Toulouse 1 Capitole, Toulouse - Jean Jaurès, Toulouse III - Paul Sabatier), de membres de l’Académie des Sciences inscriptions et Belles Lettres, de conservateurs (bibliothèques, archives), de l’association Fermat-science et de représentants de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, il réunira des originaux ou des reproductions numériques (manuscrits, livres anciens, gravures, tableaux et, dans une moindre mesure, objets des collections publiques toulousaines et nationales). Une première étape de ce projet sera en 2016 la réalisation d'une campagne photographique et l'achat de matériels d'exposition.

Culture scientifique

L’Agenda de la Culture des sciences et des techniques

L'Agenda de la Culture des sciences et des techniques de l'Université fédérale – Toulouse-Midi-Pyrénées relaie uniquement l'information scientifique et technique qui implique directement les membres de la Communauté d’Universités et d’Etablissements de Toulouse Midi-pyrénées, sur les campus ou à l’extérieur.

L’agenda intègre deux types d’information événementielle, l’une en direction d’un public large et l’autre, destinée à informer la communauté étudiante, d’enseignants et de chercheurs des établissements de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées. L’objectif est de fluidifier les liens entre les disciplines et les personnes.

Le Café du Quai

Le Café du Quai s’inscrit dans le projet plus global du Quai des Savoirs, centre de culture scientifique, technique et industrielle. C’est un lieu conçu pour éveiller la curiosité, partager la démarche scientifique et exercer son esprit critique, dévoiler les dernières avancées scientifiques et technologiques, expliquer les métiers de la recherche et de l’industrie. Pour s’approprier, dès le plus jeune âge, des savoirs, des connaissances et des compétences.[1] 

Le Café du Quai se place dans cette dynamique, il concevra sa programmation en cohérence avec les événements de culture scientifique. Il pourra aussi entrer en résonnance avec des manifestations culturelles ou professionnelles.

L’esprit du lieu, ou pourquoi un Café du Quai ?

Pour sortir la science de ces lieux habituels de discussion que sont les classes, les colloques, les congrès ou les salles de conférence. On compare parfois les bars des sciences aux cafés qui se tenaient dans les salons au XIXe siècle. Toutefois, Duncan Dallas, un des organisateurs des cafés anglais, rappelle à quel point cela est différent : « Les gens se rendaient à ces cafés pour se cultiver, aujourd’hui les gens veulent participer. La discussion de la science importe presque autant que la science elle-même.»[2]

C’est un moment privilégié pour échanger, discuter et argumenter autour de petites et grandes questions de société et de sciences. Ces moments peuvent être aussi faciles à recréer qu’une rencontre avec des amis au café ou au bistrot.[3]

Ce n'est pas une conférence mais un dialogue décomplexé, un débat libre et respectueux, un temps durant lequel chacun peut exprimer ses certitudes, ses interrogations, ses craintes, ses espoirs, ses colères... Toute pensée est légitime, tout point de vue est intéressant dans le respect mutuel.[4]

Il est important, pour les chercheurs, de connaître le public et les questions qu’il se pose. Ce public peut leur apprendre des choses. Dans ce contexte, les chercheurs acceptent fort bien, de partager leur passion et d’expliquer leurs travaux ou leurs idées avec tous ceux qui sont prêts à entrer de plain-pied dans l’univers des sciences.


[1] Texte extrait de « En attendant le Quai » publié en septembre 2015

[2] Texte extrait de « En attendant le Quai » publié en septembre 2015

[3] Texte extrait de « En attendant le Quai » publié en septembre 2015

[4] Texte extrait de « En attendant le Quai » publié en septembre 2015

 

La Nuit européenne des Chercheurs

Avec la Nuit européenne des Chercheurs, les établissements de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées se sont engagés depuis 2014 dans un projet événementiel de culture scientifique et technique de dimension nationale et internationale.

Partager l’univers de la recherche avec un public curieux

Imaginez 320 villes dans toute l’Europe, 12 villes en France, où le même soir à la même heure, des chercheurs partent à la rencontre du public pour lui raconter qui ils sont et ce qu’ils font. C’est la Nuit européenne des Chercheurs.

Initiée par la Commission Européenne, la Nuit des Chercheurs est une invitation à la rencontre entre les citoyens – petits et grands - et les chercheurs. Cet événement a pour objectif de  montrer la science dans toutes ses dimensions, en explorant de nouvelles formes de dialogues entre chercheurs et citoyens, loin des concepts, sur le ton de la convivialité. La  Nuit  des  Chercheurs  se  propose,  l’espace d’une  soirée,  de  donner à rêver les sciences, de plonger le visiteur dans une ambiance suscitant son imaginaire en abordant l’activité de la recherche du point de vue de ceux qui la font. Les chercheurs sont au cœur de la manifestation et sont les acteurs de la soirée.

Promouvoir l’excellence scientifique à travers un projet fédérateur

En choisissant d’organiser la Nuit européenne des Chercheurs à Toulouse et à Albi depuis 2014, dans le cadre du programme « Vie de  Campus » de l’IDEX, l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées – à travers le service DCST en charge du pilotage du projet - s’est engagée dans un projet événementiel ambitieux, fédératif et novateur qui répondà plusieurs objectifs :

  • diffuser et valoriser les savoirs et promouvoir l’excellence scientifique auprès du grand public ;
  • fédérer l’ensemble des établissements de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées et favoriser la transversalité ;
  • mettre en avant le dynamisme de la recherche en Midi-Pyrénées et ainsi promouvoir et valoriser l’image de l’Université à l’échelle nationale et internationale ;
  • agir sur les sites universitaires régionaux ;
  • sensibiliser les étudiants, chercheurs, personnels par cette démarche de transmission et de partage.                                                                   

Une forte mobilisation des chercheurs et un succès grandissant auprès du public

En 2014 et 2015, ce sont plus de 400 chercheurs – dont 165 doctorants - de toutes disciplines, allant de l’archéologie à la physique ou la chimie, en passant par la sociologie, l’économie, le droit, la médecine ou les mathématiques, qui se sont mobilisés et sont venus partager leur passion pour la recherche avec le grand public, à Toulouse et à Albi.

Dans une ambiance conviviale et festive,  et à travers un parcours d’activités ludiques, 7800 visiteurs ont rencontré les chercheurs pour mieux comprendre leur métier, découvrir leurs travaux et partager avec eux un moment privilégié de découvertes.

En investissant des lieux incontournables de la vie culturelle toulousaine et albigeoise, la Nuit européenne des Chercheurs a su inscrire la culture scientifique et technique au cœur de la cité, au plus près des citoyens.


Nuit européenne des Chercheurs - 2015

encadré