Aller au contenu principal

20/07/2018 - 14:44

Du doctorat à l'entrepreneuriat en Occitanie

Du doctorat à l'entrepreneuriat en Occitanie

Date de l'événement
Heure(s) de l'événement
18h30
Tarifs
Tout public / sur inscription
Lieu de l'événement
Le Catalyseur, pré-incubateur du campus de Rangueil Université Toulouse III – Paul Sabatier 118 route de Narbonne, Toulouse – bâtiment U4

Organisé par l'École des Docteurs de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées et le Collège Doctoral de l'Université de Montpellier, "Du doctorat à l'entrepreneuriat" est un concours qui récompense les meilleures initiatives entrepreneuriales de jeunes docteurs ou de doctorants en fin de thèse en Région Occitanie.

Jeudi 14 décembre, au Catalyseur, pré-incubateur du campus de Rangueil, plusieurs projets s’affronteront lors d’une présentation courte devant un jury d’expert et un public de professionnels/décideurs.

Ce concours récompensera deux projets choisis par un jury de professionnels.

affiche_doctorat_entrepreneuriat_2017.jpg

Objectifs du concours

  • Mettre en lumière les initiatives de jeunes docteurs  qui ont fait le pari de la création d’entreprise,
  • Accompagner les projets de création d’entreprise innovante en tenant compte de leur spécificité,
  • Faciliter la mise en réseaux des acteurs travaillant autour de la création d’entreprise innovante,
  • Promouvoir les synergies entre les laboratoires de recherche publique et les entreprises en Occitanie.

Déroulement du concours

Phase 1 - Appel à participation

Inscription sur le site  entre le 15 octobre et le 30 novembre 2017 avec dépôt d’un dossier  de candidature complet.

Les candidatures présentées doivent nécessairement comprendre une description détaillée du projet de création d’entreprise. L’examen de chaque candidature par une commission mixte (issue du monde universitaire et entreprenariale) tiendra compte des critères suivants :

  • La motivation et la capacité entrepreneuriale (pour les projets de création d’entreprise),
  • Le caractère innovant du projet et sa faisabilité technique,
  • Le modèle économique du projet et l’analyse du marché du secteur ciblé,
  • La capacité à appréhender les questions de confidentialité et de propriétés intellectuelle.

Phase 2 - Préparation

Une session d’une journée est prévue début décembre pour accompagner les porteurs de projet dont la candidature a été retenue.

Phase 3 - Finale

Les candidats présentent leur projet innovant devant un jury d’experts et un public de professionnels/décideurs le 14 décembre 2017, au Catalyseur de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier.

Le jury

  • Christian Desmoulin, ancien PDG de Actia, Président du club des entreprises en Occitanie
  • Christophe Nicot, Directeur de Madeeli l'agence du développement de l'innovation en Occitanie
  • François Pierrot, directeur de MUSE et de Languedoc Roussillon incubation
  • Philippe Chanez, directeur de l'agence Next Innov start'up et entreprise

Prix

  • 1er prix du jury: 1000 €
  • 2ème prix du public : 500 €

Les Lauréats 2017

  • Prix du jury : Sébastien Lacube (Montpellier)

En visioconférence depuis Montpellier puisqu'il soutenanit sa thèse le lendemain, Sébastien Lacube a su séduire le jury avec son projet intitulé : Phyméa System, des services et des outils pour le phénotypage des plantes.

Le projet Phymea (pour phyto-measurement ou « la mesure du végétal ») vise à développer des outils autonomes de phénotypage des plantes pour les acteurs de la recherche public et privée, en biologie végétale, en écologie et en agronomie.

Sébastien Lacube est doctorant SupAgro au laboratoire LEPSE (Ecophysiologie des Plantes Sous Stress Environnementaux Montpellier), école doctorale GAIA.

  • Prix du public : Marion Inigo (Toulouse)

Doctorante en psychologie au laboratoire CLLE, Marion Inigo a présenté son projet de consulting basé sur la sensibilisation et l'amélioration du bien-être au travail. Face aux problématiques psychosociales au travail, pouvant être sources de souffrances et même dangereuses pour l'avenir d'une organisation, sa méthodologie induit une analyse afin d'améliorer le bien-être de l'ensemble des acteurs au sein de l'organisation.

Le concours lui apporte la possibilité de proposer son projet à des influenceurs de la région, d’avoir leur retour dessus afin de se faire une idée de sa viabilité.

Financé par la Région Occitanie, le concours "Du doctorat à l'entrepreneuriat" permettra aux doctorants de développer leur réseau avec les acteurs de l’entreprenariat et du financement de l’innovation présents dans le public. Ils seront également formés à la préparation au pitch, puisqu'est prévue une journée de coaching pour apprendre à présenter/vendre son projet devant un jury.

Portrait des candidats

Sébastien Lacube - Académie de Montpellier

  • Parcours universitaire

" J'ai effectué un baccaulauréat l'école européenne de Bruxelles (en Anglais) et un diplome d'Ingénieur Agronome à Gembloux AgroBioTech (Belgique) abvec une spécialisation en Sciences et Technologies de l'Environnement (STE). Après une première expérience en bureau d'étude, j'ai effectué mon doctorat sur la modélisation de la croissance foliaire du Maïs à l'UMR LEPSE (INRA) Montpellier avec Montpellier SupAgro et l'Université de Montpellier. "
 

  • Son projet

"Phymea-Systems" :
Nous avons développé un outil de phénotypage à haut débit des épi de maïs.
Il permet par une prise d'image et analyse normalisée et automatisée des épis, de caractériser le rendemen dans un contexte de sélection variétale. Il est commercialisé aujourd'hui pour la recherche publique et privée.
 

  • Comment et où vous imaginez-vous dans 3 ans ?

"Dans trois ans, j'espère avoir monter mon entreprise dans le domaine qui me plaît, l'agriculture et les nouvelles technologies, en travaillant en collaboration avec des laboratoires de recherche pour mettre en avant l'innovation française dans ce domaine !"
 

"Ce concours est un tremplin pour moi.  Etant en fin de formation doctorale, j'aimerai me trouner vers l'entreprenariat. J'espère y acquérir certaines compétences surtout sur la présentation de mon projet et pouvoir dialoguer pour pouvoir en ressortir des améliorations et conseils, ainsi qu'un réseau de professionnels qui pourra m'aider pour aller plus loin.
 

 

Jonathan Roux - Académie de Toulouse

jonathan_roux.jpg

 

  • Son parcours

Anciennement étudiant Major de promotion à l'INP-ENSEEIHT en Télécommunications & Réseaux, Jonathan a réalisé la formation TLS-SEC en Sécurité des Systèmes d'Information lors de la dernière année. Durant ces trois années, il a réalisé plusieurs projets en rapport avec la cybersécurité, notamment autour des attaques réseaux et des mécanismes de cloisonnement employés dans les ordinateurs récents. Parmi ses travaux notables, il a pu appréhender les problématiques de sécurité au niveau des couches matériels, en participant à l'amélioration d'un système de sécurité bas niveau sur les architectures Intel.

Il est actuellement inscrit en tant que doctorant dans l'école doctorale EDMITT, au sein du LAAS-CNRS à Toulouse. Il est membre de l'équipe Tolérance aux fautes et Sureté de Fonctionnement informatique (TSF), dans le domaine de la sécurité des objets connectés. Aujourd'hui, il travaille principalement sur la conception d'un système de détection d'intrusion (IDS) adapté aux problématiques smarthomes, notamment via l'utilisation de techniques d'apprentissage.

  • Son projet

Le projet s'intitule Securre, il s'agit de la création d'une entreprise de services spécialisée dans la réalisation et l'aide au développement d'architectures et d'outils sécurisés. Ce projet permettra d'aider les entreprises à assurer la sécurité de leurs outils numériques et à enrichir l'offre en matière de produits (notamment les objets connectés) sûrs pour les utilisateurs.

  • Comment et où vous imaginez-vous dans 3 ans ?

"Docteur dans un premier temps. Plus sérieusement, j'aimerais d'ici là avoir démarré mon activité et commencé à la développer dans le secteur Toulousain."

"Ce concours me permet tout d'abord de commencer la démarche de reflexion liée à la réalisation d'un projet d'envergure. De plus, il apporte une certaine visibilité à Securre, ce qui m'aidera par la suite dans la communication autour de l'entreprise. Finalement, il me permet d'accéder à un certain nombre de conseils et de formations de la part de professionnels ayant déjà une certaine expérience dans la création d'entreprise."

[/collapsed] 

[collapsed]

Marion Inigo - Académie de Toulouse

marion_inigo.jpg

 

  • Son parcours

Doctorat en psychologie, CLESCO, laboratoire CLLE-ltc CNRS UMR 5263, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, contrat ministériel (CDU)

  • Son projet

Consulting à la sensibilisation et l'amélioration du bien-être au travail.

Les problématiques psychosociales au travail ont toujours existé et peuvent être sources de souffrances et même dangereuses pour l'avenir d'une organisation. Après mon doctorat, où j'ai étudié le bien-être au travail, je souhaite proposer mes services d'analyse afin d'améliorer le bien-être de l'ensemble des acteurs au sein de l'organisation.

  • Comment et où vous imaginez-vous dans 3 ans ?

Dans 3 ans, je m'imagine consultante sur le bien-être au travail, j'imagine avoir développé de nouvelles compétences et validé ma méthodologie et peut-être que je pourrais franchiser ma méthodologie plus tard.

"Ce concours m'apportera la possibilité de proposer mon projet à des influenceurs de la région et avoir leur retour sur mon projet afin d'avoir une idée de la viabilité de celui-ci."

 

Clément Flayac  - Académie de Montpellier

clément_flayac.jpg

 

  • Son parcours

Clémet Flayac est doctorant en 2ème année de thèse au laboratoire de Biotechnologie de l'Environnement (LBE, INRA) à Montpellier SupAgro.

  • Son projet

Dans les laboratoires scientifiques, les savoir-faire sont principalement conservés sous forme écrite avec les protocoles. Seulement, sous cette forme, seuls 10 à 30% des savoir-faire sont conservés. Ce mode de conservation a pour conséquence de rallonger les temps de recherche afin de mettre en place des protocoles déjà existants par de nombreux essais/erreurs, notamment sur les débuts de contrat comme le doctorat, ainsi qu’une fuite des compétences lors du départ d’un CDD (Technicien, Doctorant, Post-Doctorant). Partant de ce constat, je propose la création d’une plateforme web dédiée au monde scientifique sur laquelle les scientifiques pourront partager des savoir-faire sous forme de vidéo.

  • Comment et où vous imaginez-vous dans 3 ans ?

"Dirigeant de Weiver lab  ou commercial dans le domaine scientifique en Europe"

"Ce concours me permet de donner de la visibilité au projet et déchanger avec des passionnés d'entrepreneuriat"

 

Mathieu Lemaître  - Académie de Toulouse

mathieu_lemaître.jpg

 

  • Son parcours

Docteur en chirurgie dentaire, lauréat de l'université en 2016. Actuellement doctorant au STROMALAb (Professeur Louis Casteilla) école doctorale BSB et Assistant Hospitalier Universitaire (Service Odontologie Hôpital Rangueil).

  • Son projet

Scinan vend des bases de données permettant la réalisation d'états de l'art dans tous les domaines de la science. La flexibilité des métadonnées associée à une visualisation graphique en fait un outil de navigation bibliographique de transition et permet une approche transversale des connaissances.  Ces bases de données permettent ainsi la mise en place de stratégies d'analyse des connaissances bien plus efficaces et rapides que ce qui fait par les outils "classiques".

 

  • Comment et où vous imaginez-vous dans 3 ans ?

Étant donnée le contexte il est difficile, je pense, de savoir comment et où, mais ce qui est sûr c'est que j'imagine une activité professionnelle qui associe les deux compétences que m'a apportée l'Université Paul Sabatier : la Médecine et la Science.

"La participation au concours est pour nous un enjeu de visibilité et de reconnaissance auprès des universitaires"

 

Meriam Belaiba  - Académie de Toulouse

meriem_belaiba.jpg

Son parcours

Docteur en biologie, chimie et santé, ingénieur en biologie industrielle et M2R microbiologie, laboratoire IMRCP, Université Toulouse III Paul Sabatier.

  • Son projet

InViPLAT : « Nous proposons de créer une plateforme de screening biologiques des plantes médicinales. L’objectif serait de fournir un catalogue de tests in vitro uniques de nouvelles substances en vue d’une valorisation dans l’industrie pharmaceutique et dermocosmétique ».

  • Comment et où vous imaginez-vous dans 3 ans ?

Dirigeante de l’équipe InVIPLAT

"Ce challenge apportera plus de visibilité des clients et investisseurs potentiels en région Midi-pyrénés"

 

Pour revivre la finale sur Twitter ->> @Univ_Toulouse #doctoratentrepreneuriat